La nuit européenne des chercheurs à pour objectif de rapprocher le public des chercheurs par la mise en œuvre d’activités ludiques et inclusives. Cette année le projet avait pour thème le « Voyage », ce projet est piloté par la Mission Culture Scientifique de l’université de Bourgogne et le Service Sciences Arts et Culture de l’université de Franche-Comté. Cette année, RIGHT a été représenté par deux de ses doctorantes : Blandine Baffert et Zélie Dirand.

     

     

    Blandine a participé à l’atelier « une œuvre, un chercheur », le but était de choisir une œuvre du musée des beaux-arts de Besançon qui faisait échos aux recherches du chercheur. Pour ce faire, elle a choisit L’Hallali du cerf de Gustave Courbet, cette scène de chasse permettait un parallèle avec le système immunitaire, en particulier l’inflammation. Les animaux étaient un clin d’œil à son travail sur modèle animal et pour finir la blessure du cerf faite par les chiens lui permettait de faire le lien blessure-cicatrisation-fibrose. Cette soirée lui a permis de faire connaître la fibrose au grand public, bien souvent méconnue.

     

    « J’ai pris beaucoup de plaisir à partager mon expérience de doctorante et mon sujet de thèse avec le public, la vulgarisation scientifique étant nécessaire pour renforcer le lien science-société »

     

     

     

    Zélie a elle aussi participé à l’atelier « Une œuvre, un chercheur » : lors de ses échanges avec le public, elle a associé la pathologie centrale de ses recherches, les chéloides, à plusieurs bustes exposés les uns à côté des autres au sein du musée. Elle a utilisé les œuvres de manière interactive, en demandant au public si ils connaissaient l’organe principal sur lequel se développe la pathologie qu’elle étudie. Beaucoup ont été surpris en découvrant la photo révélée à la suite de cette question, sur laquelle se trouvait une chéloide de lobe d’oreille.

     

     

    « Les questions ont été nombreuses à la suite de ma présentation, cette pathologie et la fibrose en général étant mal connues. J’ai particulièrement apprécié le fait que le public présent à cette soirée soit très varié, passant des familles avec jeunes enfants, aux couples de personnes âgées ou aux étudiants en biologie. En bref, j’ai adoré ! «